Vojislav G. Pavlović

Institut des Études balkanique

Académie serbe des sciences et des arts

Belgrade

Franchet d’Espèrey et la politique balkanique de la France 1918–1919

Résumé : L’arrivée du général Franchet d’Espèrey à Salonique, en tant que commandant des troupes alliées sur le front d’Orient, en juin 1918 a créé les conditions pour que les armées alliées, menées par les divisions serbes et françaises, réussissent à percer la ligne du front le 15 septembre et obligent la Bulgarie à signer l’armistice le 29 septembre. La victoire alliée à Salonique fut à l’origine de la décision de l’État-Major allemand d’exiger la fin des hostilités vu que l’écroulement du front dans les Balkans avait rendu vains tous les efforts pour gagner la guerre. Or, le gouvernement de Georges Clemenceau se refusa d’exploiter les fruits de la victoire au-delà de ses retombés sur les affaires balkaniques. L’armistice avec l’Empire Ottoman et la libération de la Serbie furent ses objectifs principaux. La rentrée de la Roumanie dans la guerre fut, en revanche, l’objectif d’une portée plus grande, car à travers elle fut prévue de rétablir les contacts avec les forces anti-bolchéviques en Russie.

Mots-clés : Franchet d’Espèrey, les Balkans, la Serbie, front d’Orient

https://doi.org/10.2298/BALC1849107P

http://www.balcanica.rs