Florin Țurcanu

Institut d’Etudes Sud-Est Européennes

Bucarest

Turtucaia/Toutrakan 1916 : la postérité d’une défaite dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres

Résumé : La défaite subie à Turtucaia, la tête de pont roumaine sur la rive sud de Danube, en septembre 1916, a laissé une marque indélébile dans l’opinion publique roumaine dans l’entre-deux-guerres. Les tentatives d’expliquer cette défaite sans appel au tout debout de l’engagement roumain dans la Grande guerre se succédaient en ajoutant son lot de rumeurs sur les atrocités commises par les troupes bulgares victorieuses. La question de la responsabilité pour la défaite fut une question brulante aux niveaux politique et militaire déjà pendant la guerre et notamment après les retours des officiers et soldats roumains après la signature de la paix séparée en mai 1918. La victoire et la création de la Grande Roumaine créa les conditions pour les enquêtes officielles, mais aussi pour la transposition du sujet dans la littérature, témoignage poignant de son importance et de son actualité. Défaite emblématique et difficile à évacuer de la mémoire collective, défaite porteuse d’un permanent avertissement sur la fragilité de la victoire finale et de ses acquis, défaite convertible en réquisitoire sur une scène politique en pleine transformation à partir de 1918, Turtucaia, ne devait s’effacer de la conscience publique roumaine qu’après l’instauration du communisme.

Mots-clés : Roumanie, Turtucaia, Grande guerre, défaite

https://doi.org/10.2298/BALC1849205T

http://www.balcanica.rs